Le plaisir de lire
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dalembert, Louis-Philippe - Ballade d'un amour inachevé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis
Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
Adoré
100%
 100% [ 1 ]
Bien aimé
0%
 0% [ 0 ]
Sans plus
0%
 0% [ 0 ]
Détesté
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Cricribib
Admin
avatar

Messages : 5040
Date d'inscription : 04/02/2013
Age : 38
Localisation : Belgique Seneffe

MessageSujet: Dalembert, Louis-Philippe - Ballade d'un amour inachevé   Jeu 20 Mar - 15:03

Fiche de lecture
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Année d’éditions: 2013
Editions : Mercure de France
Nombres de pages: 288 pages

Prix – Amazon: 18,90 €
Format broché
Kindle : 14,99€

Prix – Fnac: 18,90 €
Format broché

Quatrième de couverture :


L'auteur narre l'ironie du sort qui veut qu'un Haïtien, traumatisé enfant par un tremblement de terre, quitte son île pour une région de l'Italie où un autre tremblement de terre, d'une violence inouïe, va saccager sa vie nouvelle, tuer sa femme enceinte...
L'expérience personnelle, fût-elle la plus terrible, sert ici la littérature à la manière, peut-être, d'un exorcisme. Même si Haïti n'est jamais nommée, ce roman participe de fait à la longue théorie de la riche littérature de ce pays pauvre entre tous. (Muriel Steinmetz - L'Humanité du 24 octobre 2013)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aufildespagesdenath.blogspot.be/
Mélusine

avatar

Messages : 1742
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Re: Dalembert, Louis-Philippe - Ballade d'un amour inachevé   Dim 23 Mar - 16:30

En Italie, Azaka a épousé Mariagrazia et ils attendent leur premier enfant. Lorsque le sol italien tremble, chacun réagit à sa manière. Mariagrazia tient, malgré sa grossesse avancé, à rendre visite à son mari sur son lieu de travail. Mais pour Azaka, les choses sont un peu plus profondes. Ce séisme le pousse à se retourner sur son histoire. Sur sa rencontre avec Mariagrazia, l’Italienne célibataire un peu trop tardive au goût de sa famille, au fort caractère. Sur le racisme d’une Italie qui voit l’immigration augmenter de jour en jour. Et surtout, le souvenir de son enfance en Haïti, ou à l’âge de dix ans, il a déjà vécu un séisme, bien plus fort et bien plus terrifiant: il est resté bloqué sous les décombres, trois jours, à appeler à l’aide et à espérer que son père vienne le sauver. Alors évidemment, ce nouveau séisme, presque vingt ans plus tard, lui laisse une amertume toute particulière.

J’ai dévoré ce roman. Je me suis beaucoup attachée à ce couple atypique. Elle, l’Italienne grande gueule en quête d’indépendance mais rattrapée par une société traditionnaliste. Lui, l’immigré qui a tout laissé là-bas, qui s’est fait sa place à force d’humilité et de travail, discret et conciliant. L’évocation de leur mariage, où le marié ne connaît que deux des cent cinquante invités et où ses belles-soeurs ont choisi tout le mobilier de sa chambre, m’a beaucoup amusée. L’Italie est évoquée avec beaucoup de tendresse, de chaleur, d’humour aussi, dans toutes ses contradictions puisqu’elle rassemble la parole de ceux qui voient les immigrés venir se comporter n’importe comment et ceux qui ont été bien content de pouvoir être immigrés chez les autres.
Le moment le plus poignant est bien sûr cette description d’Haïti détruite par le tremblement de terre. La peur, les pleurs, la solitude de l’enfant enfermé sous les décombres m’ont fait retenir mon souffle. Le drame révèle tous les malaises, toutes les fêlures qui couvaient auparavant. Ce sont des paysages apocalyptiques qui montrent Haïti détruite, avec des cadavres alignés sur le bord de la route, des maisons effondrées sur elles-mêmes… Bien évidemment, l’actualité récente donne un tout autre souffle à ces visions qui semblent à la fois trop réelles et inimaginables.
Le rythme choisi est de plus particulièrement efficace. Dès le début, le narrateur se place après la catastrophe. On sait donc que la fin va nous révéler une autre horreur, dont nous sommes en train de découvrir les prémisses à court et à long terme. Je n’ai eu de cesse d’imaginer jusqu’où ce livre allait donc pouvoir nous emmener, ce qu’il nous réservait pour la fin. J’ai totalement adhéré.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mabouquinerie.canalblog.com
 
Dalembert, Louis-Philippe - Ballade d'un amour inachevé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au fil des pages :: La bibliothèque :: Littérature :: Contemporaine-
Sauter vers: