Le plaisir de lire
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nothomb, Amélie - Robert des noms propres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis
Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
Adoré
100%
 100% [ 1 ]
Bien aimé
0%
 0% [ 0 ]
Sans plus
0%
 0% [ 0 ]
Détesté
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Mylou

avatar

Messages : 1167
Date d'inscription : 30/01/2013
Age : 35
Localisation : En Avignon
Lecture du moment : Mala Vida (Marc Fernandez)

MessageSujet: Nothomb, Amélie - Robert des noms propres   Lun 8 Déc - 18:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Année d’édition: 2004
Editions : Albin Michel - Le livre de poche
Nombre de pages: 189


Prix – Amazon:
Format poche  - 5,60€


Prix – Fnac:
Format poche  - 5,60€

Quatrième de couverture :
Pour un écrivain, il n'est pas de plus grande tentation que d'écrire la biographie de son assassin. Robert des noms propres : un titre de dictionnaire pour évoquer tous les noms qu'aura dits ma meurtrière avant de prononcer ma sentence. C'est la vie de celle qui me donne la mort.

_________________
SO MANY BOOKS, SO LITTLE TIME
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] & [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslivresdemylou.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nothomb, Amélie - Robert des noms propres   Mer 10 Déc - 18:11

Mon avis :

Plectrude voit le jour en prison. En effet, sa mère est incarcérée pour avoir commis un meurtre sur la personne de son compagnon, le père de Plectrude, car elle désapprouvait les choix de prénoms de ce dernier pour le bébé qui allait bientôt naître. Tanguy, Joëlle... Quels drôles de prénoms qui ne siéraient en aucun cas à leur enfant ! Lucette décide donc d’éradiquer le problème. Mais cette dernière ne tarde pas à se suicider, et alors qu’elle n’est encore qu’un nourrisson, Plectrude est adoptée par sa tante, qui décide de la considérer comme sa propre fille, au même titre que ses deux filles aînées, et de ne rien dire de cet affreux secret de famille. Elle va lui vouer un amour sans limites, presque étouffant, et trouver qu’elle a des capacités particulières là où les autres n’y voient qu’un manque d’intelligence. Mais nous n’allons pas tarder à découvrir que Plectrude n’est pas une petite fille comme les autres...

Dès ses premiers instants en petite section de maternelle, Plectrude se fait remarquer. En effet, la maîtresse demande à sa mère adoptive de bien vouloir lui faire des cours à domicile, car le regard de l’enfant effraie ses petits camarades. Dès lors commence une vie bien particulière pour cette mère et son enfant, puisqu’une fois que les autres membres de la famille s’absentent, les déguisements de princesse font loi et les déjeuners sont uniquement préparés à base de sucreries. On y voit déjà une mère quelque peu déséquilibrée, et l’on sent immédiatement que cette relation n’est pas réellement saine.

En grandissant, et alors qu’elle est forcée de rentrer à l’école primaire, Plectrude a énormément de mal à s’intégrer. Les moqueries sont monnaie courante et elle ne préfère pas y répondre, s’intéressant plutôt à son amitié avec Roselyne, qui voue une certaine admiration à notre héroïne. Elle lui obéit d’ailleurs sans rechigner, même si les idées de Plectrude sont parfois quelque peu étonnantes, comme lorsqu’elle s’allonge sur le sol alors que la neige tombe pour que cette dernière la recouvre, tel un gisant.

C’est en prenant des cours de danse classique que Plectrude va s’épanouir et s’affirmer, car s’il faut reconnaître qu’elle est le cancre de la classe, elle est aussi une brillante danseuse qui a un regard de petit rat de l’opéra. Sa mère va dès lors l’encourager à tout donner dans la danse, car elle adore elle même cet art et n’a pas eu la chance d’aller aussi loin qu’elle l’espérait. Pour cela elle pousse sa fille, toujours davantage, prenant plaisir à vivre sa vie par procuration, quitte à ce que le pire arrive...

J’ai beaucoup aimé cet ouvrage. Incisive, Amélie Nothomb n’hésite pas à écorcher certaines grandes institutions, à mettre en avant les dangers des personnes jusqu’au-boutistes, les conséquences un lourd secret de famille, le début d’une certaine folie, deux visions de la parentalité qui s’opposent... Ce livre ne se lit pas, il se dévore page après page, le lecteur étant constamment titillé par l’envie d’en savoir encore et encore. Le style de l’auteure belge est toujours aussi efficace, percutant, avec des phrases et des idées rapidement énoncées, mais qui en suggèrent beaucoup plus que de longs discours.

Encore une fois, je suis charmée par un ouvrage d’Amélie Nothomb. Il ne détrône pas Acide sulfurique, mon livre préféré de cette écrivaine jusqu’à ce jour, mais je vous le recommande chaudement, ne serait-ce que pour découvrir l’univers de la danse selon Amélie...
Revenir en haut Aller en bas
 
Nothomb, Amélie - Robert des noms propres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au fil des pages :: La bibliothèque :: Littérature :: Contemporaine-
Sauter vers: