Le plaisir de lire et de partager
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Choderlos de Laclos, Pierre - Les liaisons dangereuses

Aller en bas 

Votre avis
Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
Adoré
100%
 100% [ 1 ]
Bien aimé
0%
 0% [ 0 ]
Sans plus
0%
 0% [ 0 ]
Détesté
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Cordelia
Admin
avatar

Messages : 8605
Date d'inscription : 12/01/2013
Age : 45
Localisation : Liège

MessageSujet: Choderlos de Laclos, Pierre - Les liaisons dangereuses   Dim 8 Fév - 19:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Année d’éditions: 2011
Editions : Gallimard
Nombres de pages: 1040

Prix – Amazon:
Format numérique : 0,00 €

Quatrième de couverture :
Au petit jeu du libertinage, l'adorable Valmont et la délicieuse Madame de Merteuil se livrent à une compétition amicale et néanmoins acharnée :
c'est à celui qui aura le plus de succès galants, et le moins de scrupules. Peu importent les sentiments, seule la jouissance compte. Les conquêtes
se succèdent de part et d'autre, jusqu'à ce que Valmont rencontre la vertu incarnée : la présidente de Tourvel. Elle est belle, douce, mariée et chaste :
en un mot, intouchable. Voilà une proie de choix pour Valmont : saura-t-il relever ce défi sans tomber dans les pièges de l'amour ? De lettre en lettre,
les héros dévoilent leurs aventures, échangent leurs impressions et nous entraînent dans un tourbillon de plaisirs qui semble n'avoir pas de fin.



_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aufildespagesdenath.blogspot.be
Mélusine

avatar

Messages : 1844
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Re: Choderlos de Laclos, Pierre - Les liaisons dangereuses   Lun 9 Fév - 10:04

La marquise de Merteuil, jeune veuve très appréciée de la bonne société, apprend avec la plus grande stupeur que Mr de Gercourt, un de ses anciens amants, a décidé de se marier. Et pas avec n’importe qui: complètement obsédé par la vertu de sa future épouse, il exige qu’il s’agisse d’une fille la plus jeune et la plus innocente possible, tout juste sortie d’un couvent. Or la marquise voit là une excellente occasion de se venger d’une vieille tromperie de Gercourt. Elle écrit donc vite à un autre de ses anciens compagnons de jeu, le vicomte de Valmont, de séduire et dépraver la petite Cécile de Volange, rappelée du couvent par sa mère pour l’occasion, avant le mariage. Mais Valmont dédaigne cette mission sans aucun enjeu ni défi. Il s’est entiché de la jolie Mme de Tourvel, mariée depuis peu et surtout réputée pour sa très grande piété et son immense vertu. Voilà un lot à sa hauteur! En l’absence de son mari, elle séjourne justement chez la tante de Valmont, qui en profite pour la rejoindre et lui jouer son numéro de charme… mais elle se dérobe constamment, argüant qu’on l’a déjà mise en garde contre le tempérament séducteur et volage du vicomte.

Ce roman est un de ceux qui ont marqué mon adolescence et je voulais absolument en faire une relecture dix ans après. C’est chose faite et je ne regrette pas car j’ai pu apprécier toute la complexité de ce petit chef-d’oeuvre. J’ai notamment adoré les personnages, tous plus versatiles les uns que les autres: la Cécile prude et ingénue qui n’attend pourtant que l’autorisation pour se livrer à Valmont, la marquise dissimulatrice qui tente de jouer au plus fin avec Valmont en faisant miroiter des charmes qu’elle n’a pas l’intention de laisser à sa portée, le chevalier Danceny qui se prétend aussi naïf qu’il est facile à retourner. J’ai toujours autant d’affection pour le couple Cécile / Danceny, une espèce de parodie de jeunes premiers qui semblent prêt à se jurer fidélité éternelle sans savoir à quel point ils sont grossiers. Mais ce qui est surtout flagrant, c’est qu’autour de Valmont, ce sont nombre de figures féminines, toutes plus soumises, toutes plus contraintes, toutes plus surveillées les unes que les autres, et qui se désolent de cela. Discret, le message féministe n’en est pas moins présent: c’est bien pour rester libre de son corps et de ses envies que la marquise se livre à un tel jeu de dissimulation que Valmont, lui, peut assumer au regard de tous.
Le duo Merteuil/Valmont a d’ailleurs bien mérité son statut mythique. Ils se provoquent, jouent, placent leurs pions et se trahissent en permanence. Lorsqu’ils tournent au duel ouvert (“La guerre”, annonce Merteuil dans la plus concise des lettres), le livre caracole vers sa chute car on n’a de cesse de savoir comment ces deux monstres vont réussir à s’affronter.
Le jeu du roman épistolaire, là aussi, est un véritable régal. Les lettres permettent de multiplier les points de vue sur un même événement, de cumuler les sous-entendus et les significations diverses, de lire entre les lignes. Dans cet ensemble de miroirs déformants, sous le voile de langage courtisan très policé, les interprétations et les malentendus vont aussi bon train. Seul le lecteur a le privilège, un peu voyeur, de tout savoir de toutes les histoires, en tout cas le croit-il puisque la marquise excelle dans l’art de manipuler ses interlocuteurs.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mabouquinerie.canalblog.com
 
Choderlos de Laclos, Pierre - Les liaisons dangereuses
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au fil des pages :: La bibliothèque :: Littérature :: Classique-
Sauter vers: