Le plaisir de lire
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gary, Romain - La vie devant soi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis
Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
Adoré
100%
 100% [ 1 ]
Bien aimé
0%
 0% [ 0 ]
Sans plus
0%
 0% [ 0 ]
Détesté
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Cricribib
Admin
avatar

Messages : 5018
Date d'inscription : 04/02/2013
Age : 38
Localisation : Belgique Seneffe

MessageSujet: Gary, Romain - La vie devant soi   Ven 27 Fév - 13:03

Fiche de lecture
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Année d’édition: 2014
Editions : BELIN LITTERATURE ET REVUES
Nombres de pages: 256 pages

Prix – Amazon: 6,20€
Format poche

Quatrième de couverture :
Madame Rosa, une vieille juive qui a connu Auschwitz et qui, autrefois, se défendait (selon le terme utilisé par Momo pour signifier prostitution) rue Blondel à Paris, a ouvert « une pension sans famille pour les gosses qui sont nés de travers », autrement dit une pension clandestine où les dames qui se défendent laissent leurs rejetons pendant quelques mois pour les protéger (de l'Assistance publique ou des représailles des proxénètes). Momo, jeune musulman d'une dizaine d’années, raconte sa vie chez madame Rosa et son amour pour la seule « mère » qui lui reste, cette ancienne prostituée, devenue grosse et laide et qu'il aime de tout son cœur. Le jeune homme accompagnera la vieille femme jusqu'à la fin de sa vie.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aufildespagesdenath.blogspot.be/
Mélusine

avatar

Messages : 1741
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Re: Gary, Romain - La vie devant soi   Ven 27 Fév - 18:04

Momo est un enfant de pute. Mais un vrai, attention. Comme tous les enfants qui vivent chez Madame Rosa. Cette ancienne prostituée met un point d’honneur, depuis qu’elle a arrêté elle-même le métier, à recueillir les enfants que les putes ne peuvent élever. Pas contre rien, par contre, elle tient à recevoir régulièrement l’argent en échange des bons soins qu’elle fournit à ces enfants. D’ailleurs, pour Momo, plus personne ne paye. Enfin, ça, c’est officiellement, parce que Madame Rosa, elle les aime, ses petits, et même si ils lui rapportent rien, elle trouve bien un moyen. Même si Madame Rosa a d’autres soucis en ce moment. Parce qu’elle vieillit, Madame Rosa, et ses trop nombreux kilos l’empêchent d’être aussi active qu’elle le devrait. Et sa santé n’est plus ce qu’elle était. Elle sent la mort venir. Pourtant elle en a vécu, des choses, Madame Rosa, surtout lorsque les Allemands ont déportés tous les siens pendant la guerre. Alors Momo fait ce qu’il peut pour que Madame Rosa n’aille pas mourir dans un hôpital et que lui n’aille pas à l’assistance publique.

Ce livre est surtout célèbre pour avoir été l’objet d’une des plus belle mystification du monde littéraire, puisqu’il a permis à son auteur, Romain Gary, de décrocher un deuxième prix Goncourt sous le pseudonyme d’Emile Ajar. Et je dois reconnaître qu’il le mérite. L’auteur donne la parole à Momo, le gamin de personne. Et Momo, quand il parle, c’est avec un vocabulaire plus que fleuri, sauf quand il essaye d’utiliser des mots compliqués, comme “proxynète”. Momo d’ailleurs à dix ans, ou peut-être quatorze, on ne sait pas trop. Momo, ce qu’il veut, c’est rester avec Madame Rosa, parce qu’elle l’aime. Et il est profondément touchant, avec ses grands idéaux purs qui vont à contre-pied total de la morale bien pensante et bourgeoise de ceux qui vivent dans les beaux quartiers. Au début, le roman est donc un peu fouillis, parce que Momo ne sait pas vraiment encore ce qui lui arrive, mais en cours de route, Momo mûrit et toute la fin du roman, dans lequel Momo et Madame Rosa se sauvent mutuellement, est une sublime histoire d’amour.
Ce qui est tout particulièrement prenant, c’est le ton si léger, si enfantin parfois, si naturel avec lequel Momo évoque les pires horreurs: la mort, la prostitution, la maladie, la déchéance, tout cela est l’environnement quotidien de Momo qui s’en accommode avec une détermination aussi simple que farouche. Quant à Madame Rosa, énorme, malade, en train de pourrir sur place, qui sombre par moment dans des moments d’absence totale, elle inspire une immense sympathie, elle qui amène rigoureusement ses enfants de pute chez le médecin, qui redoute le cancer comme le pire de ses cauchemars après Hitler, et qui demande volontiers l’aide de Lola son amie ancien boxeur maintenant travesti, ou du vendeur de tapis qui fait lire du Victor Hugo à Momo.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mabouquinerie.canalblog.com
 
Gary, Romain - La vie devant soi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au fil des pages :: La bibliothèque :: Littérature :: Contemporaine-
Sauter vers: