Le plaisir de lire
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ovaldé, Véronique - Ce que Je Sais de Véra Candida

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis
Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
Adoré
0%
 0% [ 0 ]
Bien aimé
0%
 0% [ 0 ]
Sans plus
100%
 100% [ 1 ]
Détesté
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Tia
Modératrice
avatar

Messages : 1657
Date d'inscription : 01/02/2013
Age : 24

MessageSujet: Ovaldé, Véronique - Ce que Je Sais de Véra Candida   Sam 7 Nov - 14:19

Fiche de lecture

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Année d'édition : 2011
Editeur : J'ai Lu
Nombre de pages : 320 pages

Prix Amazon : 6,90 € (poche) - 19,30 € (broché)

Résumé

Après avoir gagné sa vie durant de longues années comme prostituée, Rose Bustamente décide de prendre sa retraite vers la quarantaine pour se lancer dans une nouvelle activité : la pêche aux poissons volants. Jusqu’au jour où Jeronimo vient rompre sa tranquillité : il souhaite construite une villa sur la colline mais la cabane de Rose gâche sa vue sur la mer. Du moins c’est ainsi que commence l’histoire de Rose telle qu’elle la raconte à Vera Candida, sa petite fille …

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine

avatar

Messages : 1743
Date d'inscription : 03/02/2013
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Re: Ovaldé, Véronique - Ce que Je Sais de Véra Candida   Sam 7 Nov - 19:24

Trois générations de femmes, quelque part en Amérique du Sud. D’abord Rose, jeune prostituée à Vatapuna. La plus belle, dit-on. Devenue trop âgée pour conserver son titre, elle se retire sur la plage, dans sa cabane. Mais lorsqu’un homme très riche décide de faire construire une villa sur les hauteurs et souhaite la déloger, sa vie prend un drôle de tournant. Alors qu’elle ne s’y attendait plus, elle aura une fille, Violette. Un peu dérangée, un peu perdue, Violette tombe enceinte très jeune et c’est très vite Rose qui prend en charge la petite Vera Candida. A quatorze ans, celle-ci, secrètement enceinte à son tour, fait ses valises et fuit Vatapuna et cette dynastie de femmes sans hommes et de filles sans père. Elle se réfugie dans un foyer pour jeunes mères dans le besoin, où elle se refait une vie. Mais lorsqu’on lui annonce qu’elle va bientôt mourir, elle revient sur les traces de son passé.

Best-seller qui a enchanté nombre de lectrice, ce roman m’a été chaudement recommandé. Les personnages de femmes qu’il décrit sont en effet poignants, chacune à sa façon. Dans cet univers sans lieu et sans réelle époque, la prostituée à la tête de la dynastie a quelque chose de la matrone qui essaye de se libérer des hommes tout en étant leur esclave. Et force est de constater que les événements lui donnent raison tant les choses se gâtent pour sa fille Violette, qu’elle ne parvient pas à sauver. Une impression de fatalité qui s’abat sur cette succession féminine et si on ne peut que comprendre pourquoi Vera Candida prend le large si tôt, le mystère sur les circonstances de sa fuite reste longtemps entier. Aussi éprise de liberté que sa grand-mère, mais pourtant reproduisant le schéma de sa mère, je n’ai cessé de me demander si elle tenait plus de l’une ou de l’autre, et vers quoi elle allait tendre.
Car ce qui m’a le plus plu dans ce roman, c’est cette structure narrative particulière, et sa chute. Il réserve pour la fin la révélation de la cassure qui pourtant réaffirme cette drôle de fatalité. Que devient Rose pendant cette absence? Qui est le père de Violette, et celui de Vera Candida, et celui de son enfant et surtout, cela a-t-il une importance dans l’histoire ou pas?
Pourtant, je n’ai pas été aussi emportée que je ne le pensais. Notamment parce que finalement, j’ai eu l’impression d’être souvent très extérieure, très observatrice devant cette histoire dont, comme le dit le titre, on ne sait pas toujours tout. Une observation teintée de poésie, certes, mais j’ai manqué d’empathie pour les personnages aux réactions assez égales. Le style m’a aussi parfois fait décrocher, avec ses grandes phrases sans presque ponctuation et en tout cas avec très peu de points. Un peu lassant.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mabouquinerie.canalblog.com
 
Ovaldé, Véronique - Ce que Je Sais de Véra Candida
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au fil des pages :: La bibliothèque :: Littérature :: Contemporaine-
Sauter vers: