Le plaisir de lire
 
AccueilRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Loevenbruck, Henri - La Moira, tome 1 : La louve et l'enfant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Votre avis
Coup de coeur
0%
 0% [ 0 ]
Adoré
0%
 0% [ 0 ]
Bien aimé
67%
 67% [ 2 ]
Sans plus
33%
 33% [ 1 ]
Détesté
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 3
 

AuteurMessage
Olnapac
Admin
avatar

Messages : 3017
Date d'inscription : 11/01/2013
Age : 39
Localisation : Belgique

MessageSujet: Loevenbruck, Henri - La Moira, tome 1 : La louve et l'enfant   Ven 14 Fév - 23:10

Fiche de lecture

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Année d’édition : 2003
Editions : J'ai lu
Nombres de pages : 349 pages

Prix – Amazon : 6,84€
Format poche

Prix – Fnac : 6,84€
Format poche

Quatrième de couverture :
Agée de treize ans, Aléa est une orpheline solitaire vivant de menus larcins. Mais, en dérobant un jour un anneau, elle hérite de pouvoirs étranges. Serait-elle appelée à devenir le Samildanach, l'élu des druides à qui revient la charge de façonner l'avenir du monde ? Chassée par des hommes qui la craignent ou la vénèrent, Aléa doit d'abord apprendre à maîtriser ses nouveaux pouvoirs au plus vite... Pendant ce temps, dans la forêt, Imala erre, seule. Rejetée par les siens, mise au ban de sa meute, cette louve blanche cherche aussi sa place dans le monde. L'espoir de triompher d'un futur incertain réunira la louve et l'enfant. Car c'est à une destinée de légende que sont promis ces deux parias..


_________________
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loevenbruck, Henri - La Moira, tome 1 : La louve et l'enfant   Sam 15 Fév - 11:02


Mon avis :

Aléa est une orpheline de treize ans, qui s’est toujours débrouillée par elle-même. Bien sûr, elle n’est pas spécialement appréciée dans son village, où elle parvient à survivre en commettant de menus larcins et en faisant quelques petites activités à droite à gauche. Un jour, elle décide de s‘éloigner de ce lieu qu’elle a toujours connu, pour voir d’autres horizons. Dans le désert, elle trouve un corps, et au bout de ce corps, une bague. Mais à qui appartient-il ? Qui l’a tué ? Aléa décide de retourner en ville avec cette bague, mais on l’accuse de l’avoir volé, et personne ne la croit. Elle se rend donc dans une auberge, où les deux propriétaires acceptent de l’héberger en échange de quelques travaux. Aléa ne va pas tarder à découvrir que cette bague est fortement convoitée, et que certains seraient même prêts à tuer pour l’avoir. Elle doit donc fuir, et pense tout d’abord rejoindre son amie d’enfance. Cependant, la Moïra va la conduire dans une tout autre direction…

Que dire de ce livre ? J’ai aimé certains points, et d’autres m’ont beaucoup plus dérangée. Bon à la base, il faut avouer que je ne suis pas une grande amatrice de fantasy ; en réalité, c’est un genre que je ne connais que très peu. J’ai donc peut-être eu un peu de mal à appréhender toute cette intrigue. Mais je vais commencer par le positif.

Tout d’abord, le personnage d’Aléa. J’ai adoré cette enfant – qui n’en est plus vraiment une – combative, courageuse, débrouillarde et qui ne craint pas d’affronter les pires dangers. Car le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à cause de cette fameuse bague, Aléa va avoir pas mal de monde à ses trousses. Heureusement, elle va faire la connaissance d’un nain : Mjolln. J’ai adoré ce personnage. Il est vraiment drôle, a une façon de parler plutôt loufoque, et il apporte une touche d’humour à ce premier tome de la trilogie La Moïra. Et puis il va y avoir un druide, une barde, un Magistel (qui est chargé de veiller à la protection des druides) et le fils de ce dernier.

L’histoire est originale. Une jeune fille se retrouve en possession d’une bague, qui va lui conférer d’incroyables pouvoirs et changer sa vie du tout au tout. Malheureusement, il y a eu un peu trop d’intrigues politiques et de complots à mon goût, et j’ai parfois eu un peu de mal à suivre : entre les différents personnages, peuples, etc., on s’y perd ! Du moins, moi, je me suis un peu égarée dans cette intrigue, mais c’est peut-être parce que je ne suis pas habituée à ce genre de lecture.

De plus, j’ai été un peu déçue de ne pas voir davantage Imala, la louve dont il est question sur la couverture et évoquée sur le quatrième. On s’imagine qu’elle va très rapidement faire la connaissance d’Aléa et qu’elles vont cheminer ensemble… Loin s’en faut ! Elle est relativement peu évoquée dans ce premier tome, et elle et Aléa ne vont se rencontrer qu’à la toute fin de l’ouvrage. J’ai vraiment regretté ce choix de l’auteur.

Je me rends compte que cet avis est quelque peu déstructuré. C’est un peu à l’image de ce livre, lors duquel j’ai été plus d’une fois dubitative, en me demandant où Henri Loevenbruck souhaitait nous emmener. Il s’agit en réalité d’un univers très abouti, et je pense que j’apprécierai davantage la suite, car il me semble que ce premier tome est avant tout une introduction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loevenbruck, Henri - La Moira, tome 1 : La louve et l'enfant   Sam 15 Fév - 11:39

Une bonne fantasy mais avec quelques bémols

C’est la deuxième lecture commune que je fais avec Anne Sophie et le plaisir est toujours au rendez-vous. Ce coup-ci on a lu le premier tome de "La Moïra", une trilogie fantasy d’Henri Loevenbruck, le co-auteur de la série "Sérum" que j’avais adorée.

L’histoire se déroule en Gaélia, une île dont les contours rappellent étrangement ceux de l’Irlande. On suit les aventures d’Aléa, une jeune fille solitaire de treize ans, qui est orpheline et qui survit au jour le jour de petits boulots ponctuels et de vols dans le village de Saratea. Un jour, les villageois la forcent à s’enfuir dans la lande où elle découvre un corps portant une bague qui va changer son destin. Car en effet ce bijou, et ce qu’il représente, est fortement convoité par plusieurs personnes. Au cours de ses pérégrinations, elle rencontrera des compagnons qui l’épauleront du mieux qu’ils pourront. Parallèlement on découvre les mésaventures d’Imala, une louve aux poils aussi blancs que la neige.

Magie, stratégie de guerre, complot et manipulation politique constituent le corps de ce roman. L’ensemble m’a bien plu, mais certains points m’ont dérangé. Tout d’abord le côté politique que j’ai trouvé un peu ennuyeux. Je regrette également qu’Aléa et Imala ne se retrouvent pas plus tôt. Le résumé du livre évoque leur rencontre, mais elle s’est fait attendre. C’est dommage.

Par contre, j’ai vraiment apprécié l’enchaînement rapide des chapitres qui permet de changer de point de vue à chaque fois. On est en présence tour à tour des druides, des méchants, d’Aléa et ses compagnons, d’Imala et des Tuathanns. Ca fait beaucoup de monde à suivre et je comprends que l’on puisse s’emmêler les pinceaux. Personnellement je n’ai pas été gêné par cela.

Les personnages sont hauts en couleur. Un nain, un druide, une barde et un Magistel (sorte de garde du corps pour les druides dirigeants) accompagnent Aléa. Mjolln, le nain, est vraiment comique ; c’est lui que j’ai préféré. Aléa est elle forte, courageuse, et désireuse d’apprendre. Elle sait ce qu’elle veut et elle est prête à braver tous les dangers pour l’obtenir. Je l’ai trouvé passionnante. Et moi qui adore les loups, je n’ai pu qu’aimer Imala, même si elle n’apparaît pas assez à mon goût. Et enfin, Maolmòrdha et Sulthor, deux vrais méchants, cruels, sanguinaires, que l’on ne peut que haïr.

La fin est triste et pleine de mystères. Où ? Comment ? Pourquoi ? J’ai hâte de découvrir les réponses à toutes ces questions dans le deuxième tome.

Enfin, un point très négatif. Il y a beaucoup trop de fautes de frappe dans ce livre. Je ne félicite pas du tout les éditions J’ai lu pour ce travail bâclé. C’est très énervant de la part d’une maison d’éditions qui a quand même d’assez gros moyens.

En résumé, une bonne fantasy, mais quelques passages moins intéressants qui m’ont un peu dérangé. C’est donc avec joie que je lirais bientôt le tome 2 pour retrouver tout ce petit monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loevenbruck, Henri - La Moira, tome 1 : La louve et l'enfant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loevenbruck, Henri - La Moira, tome 1 : La louve et l'enfant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au fil des pages :: La bibliothèque :: Science-fiction - Fantasy - Bit-lit :: Fantasy-
Sauter vers: